Skip to content
Assistance au 04 66 05 73 59
Paiement sécurisé CB

6 conseils pour acheter une cigarette électronique

On va pas se mentir, une partie des réponses apportées par les riverains à cette question ont pu paraître assez obscures. « Est-ce parce qu’il y a un “e” dans le mot “e-cigarette” que les commentaires deviennent aussi abscons pour moi que les discussions scientifiques ? » se décourage ainsi Caro.


Le petit monde de la cigarette électronique a en effet son jargon, ses codes et même ses sujets « à trolls » – à commencer par la question de la nocivité supposée de ce nouveau gadget. Vague-à-bond recommande même « de ne pas trop traîner sur les forums, vous allez vous y perdre ».

Mais des débats émerge cependant une série de conseils utiles à ceux qui veulent arrêter de fumer ou diminuer leur consommation de « tueuses » – le surnom donné aux cigarettes traditionnelles par les adeptes de sa remplaçante hi-tech.

1/ Comprendre (au moins un peu) comment ça marche

Infographie sur le fonctionnement d’une cigarette électronique (Voir sur le site du Parisien.fr)
La cigarette électronique n’a en fait pas grand-chose d’électronique, au moins pour les modèles les plus simples. « Elles fonctionnent toutes sur le même principe : une batterie, un atomiseur et un réservoir de liquide », explique Stabilisateur.

Le cœur de la machine, c’est l’atomiseur. Il contient un filament métallique qui, une fois sous tension, va chauffer au point de transformer le e-liquide à proximité en vapeur, quand ce dernier atteint une température de 50°C environ. La « fumée » créée passe par l’inhalateur avant d’atterrir dans la gorge et les poumons de l’utilisateur.

L’atomiseur peur se mettre en route sur pression d’un bouton, ou bien automatiquement quand on commence à aspirer l’air à l’intérieur du dispositif.

Mais avant de se faire griller comme un vulgaire toast, le liquide est stocké dans une cartouche. Sur certains modèles, elle contient une bourre, sorte de mousse qui retient le liquide à l’intérieur.

« Ato », « clearo », « carto » sont dans un bateau

Là où ça se complique, c’est que si la cartouche contient aussi l’atomiseur lui-même, on l’appelle alors cartomiseur (« cartouche » + « atomiseur », logique). Et si le cartomiseur est transparent c’est un clearomiseur (« clear » + « cartomiseur », logique toujours).

Cette dernière configuration semble aujourd’hui la plus populaire. Zxenop en liste les avantages :

« Ce type de cigarettes est généralement plus simple d’entretien et plus facile a remplir, le réservoir est aussi plus grand, et l’atomiseur a moins tendance à s’encrasser. »

Conclusion : quand un e-fumeur évoque son « clearo », son « carto » ou son « ato », c’est donc de la même pièce qu’il s’agit, mais qui peut se présenter sous différentes formes.

Dernière partie de l’engin : l’accumulateur, la batterie qui stocke l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’atomiseur, dont la performance se mesure en milliampères-heure (mAh).

Avant d’acheter, vérifiez bien l’autonomie dont vous avez besoin, elle varie selon que vous soyez un gros fumeur ou un vilain « crapoteur ». « Une batterie sous garantie, et le ticket de caisse archivé, on est plus tranquille », commente Stabilisateur.

Enfin, dans les commentaires ci-dessous comme sur les forums, vous lirez souvent le terme MOD, qui désigne les modèles les plus perfectionnés. Ils sont dotés d’une batterie costaude et éventuellement d’un variateur de tension, afin de régler la quantité de vapeur produite selon ses goûts. (Si j’ai bien compris, le MOD est à la e-cigarette ce que le cigare est à la clope.)

Pour le reste du vocabulaire, de nombreux lexiques sont disponibles en ligne – on peut citer celui d’Espace Vap’.

 

2/ Testez les saveurs avant d’acheter

Le jour de l’achat, précise Stabilisateur, il ne faut pas hésiter à essayer « autant de goûts de tabacs différents que l’on veut » :

« Vu les marges que les vendeurs font, ils peuvent prendre dix minutes pour vous faire goûter. Le remplacement de la clope sera plus facile si le goût est apprécié ! »

Certains liquides tentent de reproduire le goût du tabac, plus ou moins corsé (Caro regrette cependant toujours « les vraies »). D’autres imitent des saveurs alimentaires – pour Luminalbe c’est « café, framboise, ananas, menthe » dans le « tuyau parfumé », mais la liste semble infinie.

Tous peuvent contenir un dosage différent de nicotine, de 0 à 24 milligrammes. On recommande à ceux qui souhaitent arrêter totalement de fumer d’essayer les flacons sans nicotine, le simple fait d’avaler de la « fumée » et de tenir un tube au bout des doigts pouvant suffire à leur bonheur.

Attention à bien les tenir hors de portée des gosses : ingurgitée à haute dose, la nicotine peut être mortelle chez les jeunes enfants.

 

3/ N’en attendez pas des miracles

La cigarette électronique a de plus en plus d’adeptes – à Paris, les boutiques qui en vendent poussent comme des champignons. Pourtant, Jino83 a vu des récents convertis à ce succédané « pas convaincus » par leur achat :

« Ceux qui voulaient vraiment stopper persistent dans l’arrêt de la cigarette ; pour les autres, retour a la clope en moins d’un mois – les gros fumeurs ont tenu quelques jours seulement. »

« Les gens sur lesquels l’“e-cig” ne marche pas ne sont pas forcement des nostalgiques [du tabac] », reconnaît Zxenop :

« Il y en a pour qui ça ne marche tout simplement pas, ou qui réagissent mal au propylène glycol [le composant chimique utilisé pour créer de la vapeur, ndlr] : maux de têtes, voire allergies. Et puis il faut trouver son rythme, ça prend du temps, ça demande d’en apprendre beaucoup sur le sujet, de tester différentes combinaisons…

Il faut arrêter de vendre l’e-cig comme une solution miracle, sinon on ne va pas s’en sortir. Oui, d’un point de vue toxicologique, de ce qu’on sait, c’est bien meilleur que la cigarette, mais non, ça n’est pas fait pour tout le monde. »

 

4/ Ne vous ruinez pas, mais évitez la camelote

Certains modèles très populaires sont copiés par des fabricants peu scrupuleux, préviennent certains riverains. Idem pour les batteries. Si aucune mention ne figure sur l’appareil (les habitués parlent de « noname »), méfiance.

On s’en doutait, les riverains ne sont pas d’accord entre eux quant à la qualité et au rapport qualité-prix des différentes marques. J’avoue que je me suis un peu perdu au milieu de toutes les enseignes citées : Joyetech, Evic, Vision, Vamo, Evod, ProVari dans la catégorie luxe, Dekang et Alfaliquid pour le carburant…

Difficulté supplémentaire : les modèles peuvent être compatibles entre eux – un atomiseur d’une marque pourra ainsi se visser sur une batterie d’une autre marque – ou pas. On parlera par exemple d’un « Ego », modèle d’accumulateur fabriqué par Joyetech, monté avec un « Stardust », modèle d’atomiseur produit par Vision.

« Ça ne marche pas, ça glougloute, y pas de vapeur »

Tout le monde semble cependant d’accord qu’il n’est pas forcément nécessaire d’investir une fortune pour s’équiper, surtout si on doit compenser une consommation de cigarettes limitées. Avec un kit vendu aux alentours de 60 euros, on doit, à vous en croire, accéder à un « vapotage » agréable.

A l’inverse, un matos de trop mauvaise qualité peut décourager un débutant, explique Roiheenok :

« Mes potes qui tournaient [avec un modèle courant] n’ont pas réussi à couper avec la clope. Ça marche pas, ça glougloute, y a pas de vapeur, on comprend pas pourquoi ça sent le cramé, ah merde j’ai plus de batterie, le réservoir s’est pété dans ma poche, etc.

Une journée avec un [modèle d’une autre marque], pourtant au même prix, et bien calibré en termes de résistance, et ils avaient sauté le pas. »

 

5/ Sachez ce que vous allez inhaler

« Les Chinois sont capable de mettre de l’antigel dans du lait pour bébé, alors imaginez ce qu’ils peuvent mettre dans du substitut liquide de tabac », s’effraie CroustiFR. D’autres riverains n’hésitent cependant pas à recommander une marque chinoise, réputée pour son goût. D’autres encore préfèrent acheter français, américain ou italien.

Le composant à l’intérieur peut être :

  • le plus souvent, du propylène glycol (PG),
  • plus rarement, de la glycérine végétale (VG) ou glycérol.
  • Décidément prolixe sur ce sujet, Zxenop précise :

« Le plus souvent, on trouve un mélange des deux, 70% de PG et 30% de VG il y a quelques années, 80%-20% semble devenir la norme aujourd’hui. En effet, les deux produisent de la vapeur, mais le VG produit une vapeur bien plus épaisse que le PG.

Le mélange permet d’obtenir une vapeur voluptueuse, sans pour autant avoir l’impression soit de ne rien avoir en bouche, ou au contraire d’avaler un nuage genre “fumigène de l’armée”. »

Ces deux substances étaient déjà utilisées ailleurs comme additifs alimentaires, dans des médicaments ou les produits de beauté. A ce jour, aucune étude scientifique n’a démontré des effets néfastes pour la santé – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas toxique, simplement que sa toxicité n’a pas été démontrée.

Lemmy_Nothor est confiant :

« Ça fait belle lurette que les tests ont été faits. Sachez, par exemple, que les produits qui servent de propulseur dans les inhalateurs pour asthmatiques sont les même que dans les e-cigarettes. Et ces produits sont totalement neutres. Comme il n’y a aucune combustion, il n’y a aucune transformation des produits. »

Laurent Pellegrin est sur la même ligne :

« Le produit est utilisé dans les machines à fumée, que l’on retrouve si souvent en boîte ou au théâtre pour faire du brouillard. »

 

6/ Entretenez votre matériel

« Fabriquées à l’étranger, les e-cigarettes sont d’une qualité médiocre (“faites pour être vendues, pas pour être utilisées”, dirais-je) et les premiers problèmes arrivent vite (fuite de liquide, faux contact dans la batterie, oxydation du chargeur…) si l’on n’en prend pas soin », confie Stabilisateur.

L’entretien dépend du modèle choisi, mais il est en général recommandé de nettoyer de temps en temps l’atomiseur avec de l’eau chaude (et « déminéralisée, sinon le calcaire les bousille », précise Frapadingue. Le changer si la quantité de vapeur produite devient décevante. Idem pour la batterie si son autonomie diminue – ce qui peut arriver assez vite, un riverain expliquant qu’il en change une fois par mois.

 

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Scroll To Top